Des palmiers à huile en veux-tu en voilà

Après deux bonnes semaines de repos sur une magnifique plage de Koh Chang, nous prenons le train pour traverser une bonne partie de la Thaïlande. Nous devons être à Penang le 16 janvier.

Nous descendons à Triang, petite ville sympathique où la chaleur est accablante.

Nous nous empiffrons de roti Canai, nouvelle découverte culinaire (petits pains feuilletés que l’on peut agrémenter de miel et banane!), puis nous enfourchons nos bicyclettes.

Le paysage est agréable, nous longeons la côte, c’est plat, parfait pour la reprise !

Arrivés à Satun, nous nous dirigeons vers le bateau qui nous conduira à Langkawi, jamais nous avons passé une frontière aussi facilement !

Langkawi

Nous sommes maintenant quasiment sur l’équateur et la chaleur et l’humidité se font ressentir !

Nous décidons de ne pas rester à Langkawi qui nous semble trop touristique. Après une nuit, un petit déjeuner dans ce que nous appelons « cantine Malaise », un vrai paradis de la bouffe, nous prenons le bateau pour regagner la côte que nous descendrons jusqu’à Penang.

Le ciel est bleu, la chaleur lourde, l’humidité très élevée. Nous traversons des hectares de plantation de riz d’un vert presque électrique. Dans le ciel, des nuages d’oiseaux que nous avons nommés« martinelles », sorte de martinet – hirondelle, chantent haut e t fort. Nous découvrirons par la suite que les nids d’hirondelle sont très prisés ici tout comme en Chine. D’immenses blocs de bétons desquels sont diffusés des cris d’hirondelles habillent les champs pour permettre aux oiseaux d’y construire leurs nids.

Le long de la côte, on passe d’un village de pêcheurs à l’autre en se délectant devant les étalages de poissons.

Quel dommage que les plages soient couvertes d’une sorte de vase boueuse et non de sable blanc, ça nous aurait bien facilité les bivouacs !

A Penang, nous avons retrouvé Guillaume et Mouna pour un weekend relax dans la joie et la bonne humeur. Au programme, bonnes bouffes, bonnes rigolades et de la glandouille.

La monotonie et le trafic de la route côtière, nous ré-orientent. Nous décidons donc de partir sur les Cameron Highlands dans le centre du pays. Quel fraîcheur ! Nous avons même pu ressortir nos duvets en plumes ! Les Cameron Highlands sont connus pour leur fraîcheur, leurs fraises et leur thé. Nous sommes remontés à 1500 m d’altitude en traversant une jungle dense, peuplées de macaques et d’autres bêtes et bestioles.

Cameron Highlands

Nous nous réjouissions tous les midis dans nos « cantines Malaises » où sont présentés plusieurs plats parmi lesquels nous pouvons faire notre choix.

Nous empruntons les petites routes du centre du pays où le paysage se résume à des hectares de plantations de palmiers à huile. Au bout de 3 semaines, nous rejoignons Johor Bahru, dernière étape en  Malaisie avant l’arrivée à Singapour.

 

 

Vive les vacances !